Nous remercions la Banque Nationale pour sa commandite qui nous permet d'offrir gratuitement le simulateur de Marketing numérique de HEC MONTRÉAL à nos étudiants du BAA !

Rechercher
Homme en costume qui forme un rond avec ses mains devant son torse, avec une main en haut du rond et une en bas. À l'intérieur des mains, nous y retrouvons 3 bulles virtuelles. Une avec une 2 feuilles d'arbre, l'autre avec le signe de recyclage et la dernière avec une 3 éoliennes. L'image commence aux épaules de l'homme et se termine au bas de l'abdomen.
S'abonner à l'infolettre

Infolettre

La pollution numérique, contribuons au monde de demain

D’année en année, la technologie prend de plus en plus d’importance en marketing. Que ce soit de la réalité virtuelle jusqu’à l’intelligence artificielle telle que Chat GPT, l’innovation de nouvelles technologies progresse continuellement. Cependant, l’utilisation de ces technologies n’est pas sans conséquence. En effet, les experts en développement durable se questionnent de plus en plus sur la pollution numérique. Mais comment ma consommation technologique peut-elle contribuer à la dégradation de la planète que vous me dites ? Laissez-moi donc vous sensibiliser à la pollution numérique. Dans cet article, les sujets abordés seront l’impact environnemental des technologies en marketing ainsi que la manière de pratiquer le marketing responsable. 

L’impact environnemental de la technologie en marketing

La pollution numérique peut apparaître sous plusieurs formes. Ayant une durée de vie limitée, les experts en marketing doivent éventuellement remplacer l’équipement informatique comme les ordinateurs, les téléphones mobiles ou même les serveurs.  Ces produits, difficiles à recycler, sont envoyés dans des décharges, où ils libèrent des matières toxiques contribuant à la pollution numérique. De plus, les centres de données, comme le Big data, consomment énormément d’énergie à traiter les données qui sont nombreuses et volumineuses. Ainsi, cette consommation d’énergie contribue considérablement aux gaz à effets de serre (GES). Étonnamment, le simple envoi de courriel est très peu écologique. En effet, l’envoi de courriels promotionnels nécessite des centres de données qui consomment beaucoup d’énergie, ce qui occasionne également des GES et qui contribuent également à la pollution numérique. Par exemple, une pièce jointe de 1 Mo peut émettre jusqu’à 20 grammes de CO2, soit l’équivalent de faire bouillir une tasse d’eau.

Interface de Chat GPT. La question posée par l'utilisateur est : qu'est-ce
Qu'est-ce que la pollution numérique ?

Qu’est-ce que les entreprises peuvent faire pour réduire la pollution numérique?

1- Les courriels et la pollution numérique

Il existe plusieurs solutions disponibles contre la pollution numérique pour les entreprises. En termes de courriel, celles-ci peuvent limiter le nombre de courriels envoyés, réduire la taille des pièces jointes, supprimer les courriels indésirables de leurs boîtes de courriels, utiliser des serveurs plus énergétiques ainsi que de recycler les appareils en fin de vie. De plus, il existe des organismes comme onetreeplanted  qui lutte contre la pollution numérique avec lesquels les entreprises peuvent s’associer afin, par exemple, de promettre la plantation d’un arbre à travers le monde pour chaque courriels envoyés. Ainsi, cette promesse augmenterait l’engagement de l’entreprise contre la pollution numérique.

2- Utilisation de serveurs écologiques luttant contre la pollution numérique

Il est aussi possible d’utiliser des serveurs écologiques qui utilisent de l’énergie renouvelable comme de l’énergie solaire, éolienne, des barrages hydroélectriques, etc. Parmi ces serveurs, nous retrouvons PlanetHoster qui priorise l’énergie renouvelable tant sur le plan de son centre de données qui est alimenté à l’énergie hydroélectrique que sur le plan de l’aménagement de ses bureaux qui sont munis d’éclairage LED, qui prône la réduction de consommation de papier, le covoiturage et plus encore. Nous retrouvons aussi d’autres serveurs écologiques qui tentent d’inverser le phénomène de la pollution numérique, comme Infomaniak et Ex2.

3- Réduire les déchets numériques

Les entreprises peuvent aussi s’assurer que les déchets numériques de l’entreprise soient disposés de manière écologique. En effet, il existe plusieurs entreprises qui récupèrent les déchets numériques comme l’Association pour le recyclage des produits électroniques (ARPE-Québec) à l’aide des Électrobac à travers le Québec. Il est aussi possible d’aller porter ses déchets électroniques dans des écocentres, dans certains magasins comme Bureau en gros, Best Buy, Rennaissance et plus encore. 

4- Équipements plus légers

Il est aussi possible de privilégier des équipements qui sont plus légers. Les entreprises pourraient prioriser les tablettes ou les ordinateurs portables plutôt que les ordinateurs fixes. Les ordinateurs portables et les tablettes consomment beaucoup moins d’énergie que les ordinateurs fixes et permettent de réduire la pollution numérique. 

5- Solutions moins coûteuses à la pollution numérique

Les entreprises peuvent aussi contribuer à la pollution numérique de manières moins coûteuses. Elles peuvent encourager la recherche et le développement de technologies plus durables pour réduire la pollution numérique. Elles peuvent aussi sensibiliser les consommateurs à contribuer à la réduction de la pollution numérique en adoptant des pratiques plus durables, telles que l’achat de produits informatiques durables, la réutilisation ou le recyclage de vos anciens équipements, l’optimisation de la consommation d’énergie de vos appareils en les éteignant complètement et en limitant l’utilisation des services en ligne de l’entreprise.

Mettons fin à la pollution numérique

En somme, la pollution numérique est un enjeu complexe et multidimensionnel qui nécessite une approche globale pour être résolue. En tant qu’individu, nous pouvons tous contribuer à la réduction de la pollution numérique en adoptant des pratiques plus durables,  comme le ménage des courriels, en achetant de moins gros appareils technologiques et en éteignant complètement les appareils. Il est également crucial que les entreprises prennent des mesures concrètes pour promouvoir des pratiques plus durables contre la pollution numérique. Notamment par l’utilisation d’appareils plus légers, de serveurs plus écoénergétiques, par l’encouragement de recherche et développement de technologies durables et en limitant les déchets électroniques. 

Vidéo récapitulative sur la pollution numérique

berubepelletierkasandra

berubepelletierkasandra

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Découvrir d'autres articles

small_c_popup.png

Avez-vous finis votre lecture de l'article?

Vous pourriez tester vos connaissances numérique

25 questions pour déterminer si vos lectures sur le blogue ont fait de vous un expert du numérique