Nous remercions la Banque Nationale pour sa commandite qui nous permet d'offrir gratuitement le simulateur de Marketing numérique de HEC MONTRÉAL à nos étudiants du BAA !

Rechercher
Rechercher
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
S'abonner à l'infolettre

Infolettre

Scrolling Addiction: une opportunité pour les uns, un danger pour les autres.

Vous est-il déjà arrivé de recevoir une notification, d’ouvrir votre cellulaire et d’en regarder le contenu, puis en un claquement de doigts, vous vous rendez compte que cela fait déjà plusieurs heures que vous êtes dans une spirale, tandis que vous avez mieux à faire ? Cette addiction au défilement devient de plus en plus courante chez les utilisateurs de médias sociaux. C’est une opportunité certaine pour les annonceurs mais, ne serait- elle pas un potentiel danger pour les utilisateurs ?


Comprendre l’addiction

Le DoomScrolling et l’addiction au défilement, c’est quoi ?

La Scrolling dépendance, ou dépendance au défilement est, le fait de scroller pendant des heures sur son téléphone de manière automatique et inconsciente.
Le DoomScrolling ou DoomSurfing est une sorte d’addiction au défilement qui se concentre plus sur un contenu qui est triste, sinistre. Ce contenu peut être néfaste pour le moral.

@tiktok_france

Accordez une pause à votre pouce 👍

♬ son original – TikTok France

Comment rentre-t-on dans la spirale ?

Selon une étude de la Harvard Business Review, trois raisons nous permettent de comprendre pourquoi ce qu’ils appellent le « trou de lapin », ou spirale, est si puissant et nous envoute :

  • Regarder 5 vidéos augmenterait la probabilité d’en regarder une autre de 10%.
  • Catégoriser les vidéos dans une même section augmente la probabilité que la vidéo corrélée soit vue de 21%.
  • Les participants dont la consommation vidéo était ininterrompue étaient 22 % plus susceptibles de choisir de regarder une autre vidéo que ceux qui alternaient entre tâches professionnelles et vidéos.

On remarque que la grande majorité des réseaux sociaux comme Instagram, Facebook, YouTube, TikTok, Snapchat et bien d’autres, ont effectué des mises à jour afin de créer leurs propres spirales. Pour cela, le contenu des applications a été modifié avec :

  • des courtes vidéos qui se regardent facilement telles que les reels ou des TikTok.
  • des algorithmes qui proposent un contenu souvent corrélé.
  • des fils d’actualités qui nous obligent à rester actif et à scroller.

Comment la spirale nous rend-elle addictes?

Nous avons donc compris comment la spirale nous attire, mais comment nous rend-elle dépendants? En effet, la plupart des utilisateurs et notamment d’une tranche d’âge jeune, ressentent une dépendance qui les poussent même vers de l’anxiété et des troubles psychologiques.
Afin d’expliquer cette dépendance, une des pistes suivies est notamment celle de la dopamine et des récompenses sociales.

Qu’est-ce que la dopamine?

plusieurs pilules qui représentent chacune une addiction à un réseaux sociale avec son logo. Doomscrolling; scrolling addiction, Tiktok Addiction

La dopamine est une molécule sécrétée par le cerveau. Elle est produite lorsque l’individu passe un moment agréable ou après un effort physique. Elle est aussi sécrétée lorsque l’individu a une interaction qui est bénéfique afin de l’encourager à la répéter dans le futur.

Le rôle de la dopamine dans la Scrolling Addiction

Selon la théorie de la Variable Reward Schedules de BF Skinner, un individu qui s’attend à recevoir une récompense à un certain moment, aura tendance à chercher cette récompense constamment.
C’est donc le cas lorsque l’on reçoit des notifications. On s’attend constamment à ce que cette dernière soit plaisante et nous fournisse un shot de dopamine. En réalité, il est courant qu’elle soit des plus banales.
De plus, les nouvelles mises à jour des applications sont bien conçues et les fils d’actualité nous poussent à voir des choses qui nous plaisent en continu. Cela nous expose donc à un flux infini de stimuli positifs sécrétés à travers la dopamine.
C’est cela qui nous rend réellement accros et crée le DoomScrolling ou tout autre type d’addiction.
Il a été prouvé que dans le cas d’une addiction, un des canaux de diffusion de la dopamine qui est le canal de récompense se trouve souvent dysfonctionnel . Dans le cadre de l’addiction aux réseaux sociaux, notre cerveau est malade et cherche constamment ces récompenses, alors ce dernier scroll en continu.


Quelques aspects positifs de l’addiction au défilement

Pour les annonceurs:

Ces pratiques sont plutôt positives pour les annonceurs. Ces derniers ont accès à une plus grande part de marché. Il pourront donc vendre plus de produits ou services grâce à leurs publicités. En effet, les adultes aux États-Unis passent en moyenne deux à quatre heures par jour sur leurs téléphones, selon l’École des Arts et des Sciences de Harvard.
Ce n’est que positif pour ces personnes qui pratiquent le marketing numérique. Les techniques et outils de SEO qui s’appliquaient précédemment sur Google s’appliquent maintenant sur d’autres plateformes. Les annonceurs cherchent à rendre leurs publicités populaires ou leurs comptes tendances.

Pour les consommateurs:

En dehors de l’addiction, la nouvelle façon d’utiliser les réseaux sociaux présente aussi des aspects positifs pour les consommateurs. Ces derniers peuvent échapper à des réalités, parfois dures à affronter, pendant quelques heures de leurs journées. Cela passe par des contenus qui leur redonnent le sourire, ou encore, des amis virtuels.
De plus, on assiste à une nouvelle façon de consommer chez les jeunes. Ces derniers s’informent à travers ces nouvelles plateformes. En effet, selon un rapport de l’Institut Reuters, 15 % des 18-24 ans utiliseraient l’application Tiktok dans le but de s’informer.
Cela permet d’avoir parfois une vision plus critique et réaliste de l’actualité. Par exemple, dans le contexte de certains conflits, on peut voir la réalité des civils ou d’autres points de vue que celui des médias traditionnels. Ceux-ci qui peuvent parfois être biaisés par le pays auquel ils appartiennent ou par le propriétaire du média.
On a de plus en plus accès à des contenus qui étaient parfois compliqués à atteindre. Cela nous permet notamment d’être plus informé.


Les dangers de la Scrolling Addiction

Le développement de troubles psychologiques par la spirale

illustration dame qui pense a ses problèmes, émotions et troubles psychologique; scrolling addiction

Les addictions telles que la Scrolling addiction ou Doomscrolling, ou plus généralement l’addiction aux réseaux sociaux peuvent avoir des conséquences graves pour les consommateurs. En effet, selon l’étude publiée dans Health communication, 16,5% des 1100 personnes interrogées présentent des signes de consommation d’information « gravement problématique ». Cela entraînerait des niveaux plus élevés de stress, d’anxiété et une mauvaise santé.
Parmi ces derniers, 74 % ont déclaré avoir des problèmes de santé mentale. 61 % ont signalé des problèmes physiques.
Il parait donc clair que ces dépendances peuvent aggraver ou créer des troubles psychologiques.

Une menace pour les générations futures ?

Plus généralement, on peut assister au développement d’une génération d’enfant et adolescent qui sont exposés trop tôt. Ces derniers deviennent accros à des contenus non adaptés à leurs âges. Un exemple est la tendance du iPad Kid relayé par les internautes sur les différents médias sociaux. Les “iPad Kids” sont des enfants accros à leurs tablettes à un très jeune âge. Ils ont l’air hypnotisés pas des vidéos Youtube généralement.
La plupart des personnes qui font face à du Doomscrolling voient leurs quotidiens changer drastiquement. De mauvaises habitudes s’installent au détriment d’activités plus importantes telles que le travail, les études, les taches ménagères etc…
Il est certain que les gens évoluent avec leurs temps. Il reste à se demander si cette évolution ne représente pas une menace pour les générations futures.


Les pistes de solution

Dans une ère où les réseaux sociaux prennent une place centrale dans la vie des utilisateurs, la consommation pousse à l’addiction. Il est donc important de trouver un juste équilibre afin de parvenir à une utilisation plus intelligente des réseaux sociaux.
De plus, il est important qu’à l’avenir, les différentes parties prenantes impliquées dans cette menace générationnelle parviennent à trouver des solutions concrètes afin de réduire les addictions au défilement ainsi que le Doomscrolling qui sont, sans doute, des pratiques néfastes sur le long terme pour l’être humain.

Sources:

« Dopamine, Smartphones & You: A Battle for Your Time ». Science in the News, 1 mai 2018, https://sitn.hms.harvard.edu/flash/2018/dopamine-smartphones-battle-time/

Woolley, Kaitlin, et Marissa A. Sharif. « The Psychology of Your Scrolling Addiction ». Harvard Business Review, 31 janvier 2022. https://hbr.org/2022/01/the-psychology-of-your-scrolling-addiction

« Doomscrolling Is Addictive, and It’s Affecting Your Health ».  Consulté le 19 mars 2024. https://www.health.com/mind-body/what-is-doomscrolling

Cassidy, Caitlin. « Doomscrolling Linked to Poor Physical and Mental Health, Study Finds ». The Guardian, 5 septembre 2022. The Guardian, https://www.theguardian.com/society/2022/sep/06/doomscrolling-linked-to-poor-physical-and-mental-health-study-finds

« TikTok prend de plus en plus de place dans l’information ». Les Echos, 21 juin 2023, https://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/tiktok-prend-de-plus-en-plus-de-place-dans-linformation-1954584.

Picture of ouafianais

ouafianais

8 Responses

  1. Salut Anais,
    J’ai très bien apprécié ton article alors que j’ai également abordé le même sujet. J’ai trouvé très pertinent que tu aborde le concept de manière générale et que tu expliques le raisonnement derrière le phénomène du scrolling addiction. J’ai aussi remarqué que tu as mentionné les opportunités qui se présentes pour les annonceurs et cela m’a fait penser à mon article. En effet, j’abord personnellement le phénomène du Doomscrolling et en lien avec les annonceurs, j’aborde quelques solutions de profiter de ce phénomène de manière positive et non seulement pour profiter de la situation. Voici un lien menant à mon article qui se retrouve également sur le site hec.digital.ca: https://digital.hec.ca/blog/le-doomscrolling-comment-contrer-ce-phenomene-a-laide-du-contenu-marketing/

    J’espère que cela sera utile et pertinent pour toi et les lecteurs de ton article!

    1. Salut Jeremy,
      Tout d’abord je voulais te remercier pour ton commentaire et ton partage. En effet, ton article est tout aussi intéressant et apporte une autre perspective au mien! Félicitations pour ce beau travail.

  2. Félicitations ! Ton analyse du Doomscrolling est intrigante comme elle est éclairante. Un appel à l’introspection sur nos propres habitudes numériques est très interessante

  3. Ton article illustre en grande partie l’addiction de nos enfants, adolescents et adultes au doomscoling. L’isolement de ses générations, parfois des de socialisations…. représentent un problème sociétal non négligeable.
    Mes confrères pédopsychiatres et psychiatres ont tiré un signal d’alarme depuis quelques années.
    Très bel article Anaïs qui mérite à être diffusé pour sensibiliser toutes les générations.

    1. Merci à vous pour ce partage très intéressant d’un point de vue médical ! En espérant que de nouveaux comportements plus adéquats seront adoptés pour résoudre cette situation.

  4. Un sujet fort intéressant et d’actualité, qui nous interroge sur notre vécu actuel et notre façon d’aborder les masses médias et notre façon d’interagir avec autrui par le biais de réseaux sociaux.
    Tout en soulevant les problèmes et les dangers auxquels on est exposés, cela nous pousse à réfléchir sur les moyens de prévention qu’il faudra trouver afin de profiter de ses nouveaux moyens de communication sans être expiations aux travers et aux dangers de tels moyens de communication.

    1. Je vous remercie pour votre retour profond et réfléchi. Vous avez tout à fait raison de souligner l’importance de la prise de conscience vis-à-vis de notre interaction avec les médias de masse et les réseaux sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Découvrir d'autres articles

small_c_popup.png

Avez-vous finis votre lecture de l'article?

Vous pourriez tester vos connaissances numérique

25 questions pour déterminer si vos lectures sur le blogue ont fait de vous un expert du numérique