Social commerce

À l’heure d’aujourd’hui, le « social commerce » connaît une explosion. De plus en plus de réseaux sociaux ont leur propre plateforme d’achats et la plupart des e-commerçants y voient une opportunité grandissante. L’avenir réside dans le « social commerce ». Effectivement, les réseaux sociaux évoluent en permanence et il est indispensable de suivre ces changements notamment en vendant sur ces derniers et en répondant aux besoins des consommateurs en développant le « social commerce ».

On constate que les utilisateurs sont fortement influencés dans leur décision d’achats par les réseaux sociaux. Les consommateurs s’inspirent beaucoup de ce qu’ils voient sur les réseaux, les personnes qu’ils suivent, les recommandations ou encore les critiques qu’ils trouvent. Et on constate que cela les pousse à acheter directement grâce aux liens disponibles sur les réseaux sociaux, ce qui fait augmenter le « social commerce ». Notamment, on peut voir que chez les e-acheteurs, environ 71% sont plus enclin à effectuer un achat en ligne si celui-ci est recommandé par d’autres acheteurs.

Il y a ici une grande opportunité pour les commerçants, exploiter le « social commerce » est une porte d’entrée pour faire croître leur entreprise et attirer un grand nombre de consommateurs à acheter leurs produits. Effectivement, « le social commerce » reste profitable aux compagnies sachant que les réseaux sociaux jouent un rôle important dans leurs sources de revenus. Il est donc pertinent qu’elles mettent l’emphase sur le « social commerce » qui se profile pour être le futur du commerce en ligne.

Le « social commerce » prend le devant sur les e-shops, on remarque que si ces derniers ne cherchent pas à se différencier alors le « social commerce » sur les plateformes comme Instagram, Facebook ou encore Pinterest va continuer de s’affirmer. Les sites de e-commerce vont perdre leur place de leader au profit du « social commerce ». On peut se demander si sur le long terme, ils seront simplement là à titre de vitrine pour représenter l’histoire de la marque.

Un futur prometteur s’annonce alors pour le « social commerce » dans les années à venir.