Le web 3.0 au service du marketing numérique

web 3.0

Source : James Hsu

Bien que ces dernières années la blockchain, le web 3.0, la cryptomonnaie et les NFTs étaient connus par un petit cercle d’intéressés ; 2021 est sans doute l’année qui a permis au grand public de découvrir ce monde numérique. Mais plus qu’auparavant, internet fait partie de notre quotidien ; c’est pourquoi nous nous intéressons dans cet article au futur du web : le Web 3.0.

Le WEB 3.0 …

Quel est son origine et pourquoi se montre-il comme l’internet de demain ?

Nous le savons depuis l’émergence des GAFA, nos données sont le fondement de la valorisation des géants de la Sillicon Valley. En prenant conscience de cette réalité, est née la réflexion de refaçonner le web de manière décentralisée. Pour clarifier, aujourd’hui il est très facile pour chacun de nous de créer du contenu sur les grandes plateformes telles que Youtube et Facebook. En effet, l’unique barrière est de conformer aux règles établies par le diffuseur. C’est ainsi que se comporte le web actuel : un web centralisé et contrôlé par les grand acteurs du numérique.

Évolution du WEB 1.0 et 2.0

Le web 3.0 s’inscrit dans les prémices de ce qu’était le web 1 inventé par Tim Berners-Lee en 1989 : un web décentralisé où tout le monde pouvait publier et consulter du contenu assez facilement.

En 1999, c’est l’avènement du web social, un web centralisé. L’internet de l’interaction où tous les utilisateurs peuvent créer du contenu, réagir, communiquer … via des plateformes de médias sociaux comme Facebook, Google (YouTube) et Facebook (Twich).

Tim Berners-Lee

Tim Berners-Lee – Inventeur du web 1.0 (Source : CNN)

Estimé à se développer et se démocratiser dans les 5 à 10 prochaines années, le web 3.0 aussi appelé le web sémantique se définit comme le web de la confiance et de la valeur. Un nouvel internet décentralisé possédé par ses créateurs et utilisateurs. Comment ça fonctionne ? Il repose sur la technologie de la blockchain, comme le défini le marketeur Alexandre Corbasson, c’est une immense base de données, partagée et transparente où toutes les transactions et activités y sont stockées et inscrites en toute sécurité.

Grâce à cette technologie, n’importe quelle valeur créée par une personne lui est redistribuée et lui appartient. Il vient permettre une liberté d’expression illimitée, ne contraignant plus les utilisateurs d’être assujettis à la ligne éditoriale des grands diffuseurs. De plus, avec le web 3.0 on vient solutionner 3 grands problèmes du web 2.0 : être l’unique propriétaire de ses données ; avoir leur contrôle absolu, ainsi que l’absence de censure.

… au service du marketing numérique …

Actuellement, on perçoit 3 principales nouvelles tendances sur le marché : les tokens, les NFTs (non-fungible tokens) et les DAOs (decentralized autonomes organizations) qui permettent aux marketeurs de développer de nouvelles tactiques.

Tokens

Un token se définit comme est un actif numérique pouvant être émis et échangé en ligne sur une blockchain. Cet actif donne un droit de gouvernance qui offre une sorte de droit de vote.

Particulièrement intéressants, ils mettent en valeur comment les marques vont devoir s’adapter. Plus concrètement, on va voir le développement d’une relation plus horizontale entre les marques et les clients.  De surcroit, comme l’évoque Christophe Lachnitt dans son article, le web 3 est l’avènement de la co-création de contenus par les marques avec leurs audiences. En effet, il est important de comprendre que chaque création sur le web sémantique représente une opportunité d’investissement que les marques vont devoir capter.

NFT

Exemple d’un NFT (Source : Journal des arts)

Par ailleurs, l’utilisation des NFTs par les marques est une seconde pratique marketing. Pour faire simple, un NFT (jeton non fongible en francais) est un certificat d’authenticité qui atteste dans la blockchain la valeur d’une œuvre digitale sans équivalent. Aujourd’hui déjà, certaines marques commercialisent des NFTs ; mais leur utilisation peut être bien plus large. Assurément, ils peuvent être l’objet d’un certificat d’authenticité mais aussi d’une récompense, d’un ticket évènement, d’un tracker pour le suivi de colis etc. De cette manière, ce qui est important de comprendre, c’est que l’authenticité et l’unicité du NFT se montre comme un parfait outil marketing pour le web de demain. En effet, il plonge directement les clients dans l’environnement actuel ; celui du mérite, du succès et de la valeur.

DAOs

Pour finir, la troisième pratique marketing est le développement des Daos (organisations autonomes décentralisées). Ce sont des organisations qui fonctionnent de manières autonomes où les règles sont prédéfinies dans la blockchain de manières transparentes et immuables. Ainsi, sur le même fonctionnement que les sociétés d’actionnaires, les plateformes seront détenues par les utilisateurs eux-mêmes (grâces aux tokens). Par conséquent, on perçoit une redéfinition de la propriété et du contrôle des entreprises. Comme l’évoque Christophe Lachnitt « des travailleurs et créateurs autonomes répartis à travers le monde peuvent ainsi constituer des DAO pour monétiser, sans intermédiaire, leur labeur ». Concrètement pour les marketeurs, c’est une porte ouverte sur une vaste main d’œuvre à moindre coûts.

… soulevant de nouveaux défis. 

Nous l’avons évoqué, ce nouvel environnement sera décentralisé et détenus par les utilisateurs. Alors que le web 2.0 repose sur la collecte des données personnelles ; dans cet écosystème nouveau les marques devront faire preuve de nouveautés pour capter l’attention et le call to action. La concurrence est féroce, les acteurs sont remis sur un pied d’égalité et c’est ainsi que la personnalisation et transparence semble être les deux piliers pour conférer une nouvelle image aux entreprises d’aujourd’hui.

C’est pourquoi, nous parlons d’une dynamique communautaire à développer, un nouveau virage que les organisations ne doivent pas manquer. Retrouver la confiance des utilisateurs, modifier la relation clients et s’adapter à son environnement vont être les prochains défis organisationnelles.