Nous remercions la Banque Nationale pour sa commandite qui nous permet d'offrir gratuitement le simulateur de Marketing numérique de HEC MONTRÉAL à nos étudiants du BAA !

dezielricherconstance

dezielricherconstance

S'abonner à l'infolettre

Infolettre

Le marketing numérique: contribution à la pollution numérique

L’impact du marketing numérique sur l’environnement

De nos jours, avec les nombreux enjeux environnementaux présents dans notre quotidien, nous avons tendance à associer que tout ce qui est d’usage numérique est une meilleure option pour l’environnement, mais est-ce vraiment le cas. L’utilisation des plateformes digitales ont-elles réellement des bienfaits pour la préservation de l’environnement ou c’est ce qu’on nous fait croire? En réalité, les plateformes numérique contribuent énormément, à la pollution numérique.

La pollution numérique ce définie par la pollution émise par tous les types de secteurs informatiques. Ce qui englobe de la fabrication d’appareils électroniques jusqu’à l’utilisation de ceux-ci. Et oui, tous les téléchargements, les likes, les recherches Google etc…sont comptés dans la balance de cet impact environnemental.

Représentation des médias qui polluent autant que les grandes industries, donc le marketing numérique effectué sur les plateformes médias contribuent à la pollution.

Effectivement, bien que les alternatives numériques semblent être une solution, la pollution numérique est bien réelle. Tellement qu’elle représente selon Hydro Québec en 2022, 4% des émissions mondiales (GES). Ce qui est énorme, en comparaison, selon Science.Presse, le réseau d’aviation représente 2,5% des émissions mondiales de GES. La pollution numérique pollue donc presque deux fois plus que tout le système aérien mondial. Avec la constante évolution électronique, le marketing numérique est aussi en croissance d’utilisation. Depuis 2020, Global Industry Analyst estime que le taux de croissance annuelle de l’industrie du marketing numérique est de 14%.

L’impact de la pandémie sur le marketing numérique

De plus, avec l’apparition de la pandémie, nous ne pouvons qu’estimer que les utilisations numériques vont continuer d’augmenter sans cesse. Effectivement, Hydro Québec suggère que la consommation mondiale en matière de besoin d’électricité passerait de 8% à 21% d’ici 2030. La pandémie a complètement changé le comportement du consommateur pratiquement du jour au lendemain. Ce qui a en quelque sorte obligé les compagnies à changer leur mode de marketing traditionnel, pour une augmentation de leur usage du marketing numérique. Puisque la plupart des magasins physiques ont été fermés, leur présence en ligne est devenue d’une extrême importance pour la survie de ceux-ci. Effectivement, grâce au marketing numérique soit par les publicités en lignes, les bannières, les emails promotionnels etc… Le Canada a enregistré une augmentation de 587% du secteur du commerce électronique en 2020 comparativement à la même période de 2019 (du 11 mars au 14 avril) selon BDC.

Cette énorme augmentation face à l’usage numérique n’est cependant sans conséquences. Elle vient définitivement contribuer à augmenter les émissions de gaz à effet de serre. Ces GES sont émis, par l’augmentation de création de ces centres d’alimentations. Ainsi que lors des utilisations d’appareils informatiques connectés aux centres de sources d’alimentations. Ce sont ces sources qui compilent l’informations et permettent à nos appareils électroniques de fonctionner rapidement lors de nos recherches internet, comme ceux faits lors de nos achats en ligne et des courriels promotionnels de nos compagnies favorites.

Il faut réduire l’impact environnemental dès maintenant

Tout cela dit, avec cette constante augmentation des transactions en ligne et du marketing numérique, y aurait-il une solution afin de ne pas contribuer à cette pollution numérique? Devrions-nous sur un plan mondial, imposer que toutes les sources d’alimentation en électricité soient opérer à l’aide d’énergie renouvelable? Plusieurs questions préoccupantes entourent ce sujet. Une chose certaine, il faut trouver rapidement une solution à cette pollution numérique avant que son impact environnemental devienne irréversible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Découvrir d'autres articles

small_c_popup.png

Avez-vous finis votre lecture de l'article?

Vous pourriez tester vos connaissances numérique

25 questions pour déterminer si vos lectures sur le blogue ont fait de vous un expert du numérique