L’éthique derrière l’intelligence artificielle

L’intelligence artificielle est au cœur des nouvelles technologies adoptées par les plus grandes industries des différents secteurs confondus. Cette avancée technologique permet aux entreprises de faire la collecte et l’analyse d’énormes quantités de données afin d’améliorer leur efficacité, leur rendement et leur fonctionnement global en gagnant de l’information sur les opportunités et risques à envisager. 

Cependant, les préoccupations éthiques s’intensifient à mesure que les rôles décisionnels de l’intelligence artificielle se répandent dans la majorité des industries.  En effet, il n’est pas étonnant de constater les opinions mitigées quant aux réglementations et conditions éthiques de telles types de technologies d’information de masse. La question reste à savoir, sommes-nous apte à gérer les implications éthiques et sociales d’une telle technologie de l’intelligence artificielle si fortement débattue par son manque général de compréhension et de consensus?

Opportunités

Les prévisions annoncent une hausse fulgurante des dépenses mondiales en intelligence artificielle dans les 2 prochaines années. En effet, ce budget se verra doubler pour atteindre 110 milliards de dollars en 2024. Bien entendu, les entreprises qui ne profitent pas de cette opportunité d’innovation se verront perdre leur avantage compétitif dans l’économie numérique.

L'Éthique derrière l'intelligence artificielle des tests COVID-19Il est alors évident qu’il faut également reconnaître les opportunités que présente l’intelligence artificielle dans un monde qui, aujourd’hui, privilégie l’accélération de l’accès à l’information au détriment d’enjeux moraux fondamentaux. Nous pouvons penser à son utilité dans les systèmes de santé, où certains gouvernements ont déployé des programmes d’intelligence artificielle afin de mesurer les résultats du respect de leurs règles de distanciation sociale, ou bien afin d’accélérer les diagnostics et résultats de tests COVID-19. En effet, la pandémie a permis à l’intelligence artificielle de devenir une technologie clé auprès de nombreuses entreprises désirant rebâtir un équilibre financier et optimiser leur flux opérationnel suite aux perturbations causées par les quarantaines et les fermetures.

Risques

Seulement, nous ne pouvons ignorer l’autre côté de la médaille… La vérité est que l’apprentissage machine automatisé derrière les projets d’intelligence artificielle pose de réels débats quant à la sécurité de celle-ci. Sachant qu’on ne peut programmer une moralité humaine à une machine, il est crucial d’étroitement réglementer l’utilisation de l’intelligence artificielle afin de protéger trois grands domaines de préoccupation éthiques de nos sociétés, à savoir; la vie privée et la surveillance, les préjugés et la discrimination, et le rôle du jugement humain.

À mesure que les machines d’intelligence artificielle apprennent à partir des ensembles de données qui leur sont fournis, celles-ci sont fortement sujettes à reproduire de façon objective les biais humains commis, ou normalisés, par le passé, tout en leur conférant une certaine crédibilité scientifique. Ces machines sont programmées à partir d’informations intégralement biaisées par les préjugés existant déjà dans nos sociétés, pouvant ultimement mettre en péril les droits fondamentaux de l’Homme. 

Limitations de l’intelligence artificielle

À preuve, nous n’avons qu’à regarder quelques cas récents d’entreprises à la tête de l’ère numérique ayant démontré les limitations de l’intelligence artificielle pour comprendre le danger d’injecter massivement des biais informatiques dans le quotidien de consommateurs marginalisés. Nous pouvons penser au cas de Google, en 2015, qui a maladroitement programmé son algorithme de reconnaissance photo de manière à identifier des personnes au teint basané à des gorilles. Ce ne semble pas être un cas outrageux, mais il demeure que la diffusion à grande échelle de messages d’allure malveillante, appuyés par une logique algorithmique véridique, reflète la sévérité qu’aurait pu entraîner le traitement inégal de populations entières basé uniquement sur le pigment de leur peau. En effet, l’idée qu’une erreur humaine peut être objectivement répliquée de façon massive par une machine d’intelligence artificelle, sans faire l’objet d’un examen éthique, reste une préoccupation à ne pas négliger…

L’absence d’encadrement et de jugement humain autour de systèmes d’intelligence artificielle reste alors une zone grise dans le développement des secteurs informatiques actuels, alors que les organismes de réglementations ne disposent pas encore assez d’expertise technique et de ressources en intelligence d’affaires pour s’engager dans la surveillance d’une telle concentration. En effet, au rythme auquel la technologie évolue, même les législateurs les plus qualifiés ne parviennent pas à suivre.

Certes, l’intelligence artificielle peut s’avérer compliquée et intimidante pour grand nombre d’entre nous. Nous ne sommes pas tous de grands militants assidus des droits de la personne, mais il est de notre devoir en tant que citoyens qui tenons à la démocratie, de rester informés et de réfléchir sérieusement aux implications éthiques et sociales des technologies tierces que nous employons dans notre quotidien. Nous ne pouvons peut-être pas changer la trajectoire des technologies de l’intelligence artificielle, mais nous pouvons faire preuve de notre jugement humain afin d’éviter que celle-ci ne domine l’humanité. Rassurez-vous, nous avons encore 3 ans pour y penser d’après Elon Musk, chef de la plus grande entreprise de voitures intelligentes au monde.

 

Écouter également le podcast de cet article ici:

https://rss.com/podcasts/ethiqueintelligenceartificielle/

 

 

 

Sources:

Barr, A. (2015, July 1). Google Mistakenly Tags Black People as ‘Gorillas,’ Showing Limits of Algorithms. WSJ. https://www.wsj.com/articles/BL-DGB-42522

Dowd, M. (2021, November 11). Elon Musk: The Maureen Dowd Interview. The New York Times. https://www.nytimes.com/2020/07/25/style/elon-musk-maureen-dowd.html

Pazzanese, C. (2020, December 4). Ethical concerns mount as AI takes bigger decision-making role. Harvard Gazette. https://news.harvard.edu/gazette/story/2020/10/ethical-concerns-mount-as-ai-takes-bigger-decision-making-role/

Selvamanikkam, M. (2018, September 4). Introduction to Artificial Intelligence – Becoming Human: Artificial Intelligence Magazine. Medium. https://becominghuman.ai/introduction-to-artificial-intelligence-5fba0148ec99

Worldwide Spending on Artificial Intelligence Is Expected to Double in Four Years, Reaching $110 Billion in 2024, According to New IDC Spending Guide. (2020, August 25). IDC: The Premier Global Market Intelligence Company. https://www.idc.com/getdoc.jsp?containerId=prUS46794720